entete01

entete02


logo 1 roybonMise en lumière d’une autre lutte emblématique

Depuis 2013, les organisateurs du rassemblement estival des opposants au projet d’aéroport souhaitent mettre plus particulièrement en lumière une autre lutte emblématique contre un grand projet inutile.

La première année, nous avions reçu les opposants au projet de méga scierie et incinérateur ERSCIA dans la forêt du Morvan. Projet désormais définitivement abandonné.

En 2014 ce fut le tour des opposants au projet de ferme industrielle / méthaniseur dit « ferme-usine des 1000 vaches », dans la Somme pour lesquels des procès sont toujours en cours. Il vient d'être prouvé que le gestionnaire de cette usine ne respectait pas la législation.

Cette année nous recevons Pour les Chambaran sans Center Parcs

La lutte contre le Center Parcs de Roybon

logo 2 chambaranLe Center Parcs de Roybon est, par excellence, l'exemple de toutes les défaillances de notre système démocratique et de la marche forcée de notre société dans une logique de croissance à tout prix.

Malgré un constat accablant depuis son démarrage en 2007, rien n'a encore découragé les porteurs de ce projet immobilier hors norme : 1000 maisons pour accueillir 5600 personnes

  • Ni la situation en pleine zones humides pourtant d'intérêt général dont la destruction a été estimée par expert à 110-120 hectares (près de 10 fois SIVENS !). Ce serait la plus grande destruction de zones humides jamais imaginée en Rhône-Alpes.
  • Ni le fait d'être sur les sources d'une rivière classée en réservoir biologique qui subit régulièrement des crues et baisse d'étiage
  • Ni le fait d'être sur les aires d'alimentation en eau potable de toute une région et que cette zone est déclarée à forte valeur patrimoniale par le SDAGE lui-même.
  • Ni sur le fait qu'il a été impossible de trouver des compensations locales tellement les impacts sont conséquents et que l’aménageur peine à en trouver dans d'autres départements.
  • Ni sur le fait que la dernière enquête publique, où tous les éléments étaient enfin connus, a été conclue par les commissaires enquêteurs par un avis négatif dûment motivé et révélant un rejet très majoritaire du projet par les citoyens.

De plus, cette parodie de développement durable a prévu de consommer de 20 à 40 hectares de forêts par an pour assumer les 85 % de la chaufferie bois qui doit maintenir la bulle tropicale à 29° toute l'année à plus de 600 mètres d'altitude !

Coté économique, le groupe Pierre & Vacances est en perte depuis des années et a perdu sur les 3 dernières 100 millions d'euros … Qui garantit dans ces conditions à ne serait-ce que 5 ans, la pérennité de son activité et des emplois qui y sont liés ?

Mais peu importe : le principe pour ce groupe est de dégager une plus-value immobilière conséquente sur la vente des cottages pour renflouer ses pertes dans les programmes précédents.

L’achat et la vente constituent ainsi la seule activité dégageant du cash, c’est pour cela que Pierre et Vacances a besoin de créer sans cesse de nouveaux projets et envisage un véritable « maillage du territoire français » !

Ajoutons que ce projet concurrencera directement les gîtes et chambres d'hôtes (nouvelle stratégie du groupe) locaux… On connaît déjà cette dynamique avec les grandes surfaces où 1 emploi créé détruit 3 emplois chez des petits commerçants.

D'un point de vue régional, il n'y aura en fait pas ou très peu de valeur générée en plus. Il s'agit plus d'un transfert d'un point touristique à un autre, qu'une création nette sachant que Pierre et Vacances négocie tout au plus juste.

De plus, tout est bon pour saigner à blanc les « partenaires » de ce projet. Le village de Roybon qui croule déjà sous les dettes a cédé le terrain constructible pour 30 cts d'euros le m². Les investisseurs paieraient les maisons en pleine campagne jusqu'à 5 000 euros le m². Les subventions et niches fiscales font qu'au total, chaque emploi créé coûtera près de 240 000€ à tous les contribuables !

Enfin le projet est vanté pour résoudre la problématique du chômage local. Or, la majorité des demandeurs d'emplois sur place sont sans qualification.

Que proposerait le Center Parcs à ces personnes ? 240 euros par mois pour 9 heures par semaine avec un turn-over de 30 % annuel.

Peux-t-on vivre décemment aujourd'hui avec 240 euros par mois ?

Peux-t-on vraiment tout accepter au titre de la création d'emploi ?

Depuis 2010, l'association « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » se bat en justice contre ce projet et va voir aboutir prochainement ses recours contre les autorisations préfectorales.

En attendant l'issue juridique, une ZAD s'est formée à Roybon et elle maintient le blocus des travaux depuis novembre 2014.

En savoir plus : http://www.pcscp.org/

A propos

15ème rassemblement estival des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (44). Organisation : Coordination des opposants.

Actualités & infos ACIPA

actualites acipa

Suivez nous